Navigation – Plan du site

Le Monde, jeudi 19 octobre 1989

Le tremblement de terre le plus meurtrier depuis 1906 en Californie.

Plus de deux cent cinquante morts dans le séisme de San Francisco

Plus de deux cent cinquante morts et des centaines de blessés. Tel est le bilan établi, dans la nuit du 17 au 18 octobre, après le violent tremblement de terre – le plus meurtrier depuis 1906 – qui a secoué la Californie. La magnitude du séisme serait de 7,4 sur l’échelle de Richter.

L’épicentre semble être situé près de Santa-Cruz. La plupart des victimes ont péri lorsque le tablier d’une autoroute surélevée s’est effondré sur une chaussée inférieure. De nombreux incendies se sont déclarés. (Lire page 13, section B, les articles de Jan Krauze et Yvonne Rebeyrol.)

Agrandir

La plupart des victimes ont péri dans leurs voitures, écrasées par des blocs de béton et d’acier quand une portion d’autoroute s’est effondrée sur la chaussée inférieure.

Le Monde, 19 octobre 1989, p. 13

Californie : le séisme le plus meurtrier depuis 1906

Plus de deux cent cinquante morts dans la région de San Francisco

Plus de deux cent cinquante personnes ont été tuées, mardi 17 octobre, dans un violent tremblement de terre qui a secoué la région de San Francisco (Californie). Il y aurait des centaines de blessés.

Le séisme a frappé à 17 h 04, heure locale (1 h 04 mercredi matin heure française), en pleine heure de pointe, à la sortie des bureaux, alors que des milliers de commuters (banlieusards) rentraient chez eux. La secousse, d’une magnitude de 7,4 sur l’échelle de Richter, a duré une quinzaine de secondes. Elle a été ressentie jusqu’à Los Angeles, à 750 kilomètres au sud, et a provoqué des dommages jusqu’à Reno (Nevada), à 400 kilomètres au nord-est de San Francisco.

La plupart des victimes ont péri à Oakland, en face de San Francisco, de l’autre côté de la baie, écrasées dans leur voiture par les blocs de béton et d’acier, quand une portion de 800 mètres d’autoroute surélevée s’est effondrée sur la chaussée inférieure. Le tablier supérieur du Bay-Bridge, le pont qui relie San Francisco à Oakland, s’est effondré sur une quinzaine de mètres. Pendant toute la soirée, la ville a été paralysée par de gigantesques embouteillages. Le métro a été fermé, et un train qui se trouvait dans un tunnel à Berkeley a pu être évacué.

Soixante mille amateurs de base-ball se pressaient au principal stade de la ville, à Candlestiek Park, pour la finale du championnat nord-américain, qui devait opposer San Francisco à Oakland. « Le stade a bougé pendant une dizaine de secondes », déclare un témoin. Mais, malgré les cris qui ont retenti dans la tribune au moment de la secousse, la catastrophe a pu être évitée. Grâce au sang-froid des habitants de cette région, habitués aux séismes et préparés à les affronter, il n’y a eu aucun mouvement de panique, au contraire : les spectateurs suivant les ordres d’évacuation ont dû remonter pendant quelques minutes le flot des retardataires qui ne roulaient pu manquer le match.

Si les grands édifices, conçus pour résister aux séismes fréquents dans la région, ont tenu pour la plupart, les dégâts sont considérables. Dans le quartier de Marine, County, un gigantesque incendie a ravagé tout un bloc d’immeubles, faisant une dizaine de victimes. Plusieurs autres foyers continuaient à brûler plusieurs heures après le séisme à San Francisco, Oakland et Berkeley. L’aéroport international de San Francisco et celui d’Oakland étaient fermés mardi soir en raison d’une panne d’électricité générale et de dommages à la tour de contrôle. Une station radar de l’US Air Force, qui devait servir au suivi de la navette spatiale Atlantis dont le lancement était prévu le même jour, a dû être évacuée : les écrans tombaient des tables.

Mardi soir, toute la région de San Francisco était plongée dans l’obscurité. Le plus grand danger provenait des fuites de gaz s’échappant des canalisations crevées, estimaient les autorités, mais un calme relatif était revenu. Les hôpitaux, qui avaient rappelé leur personnel en urgence, l’attendant probablement à un nombre de victimes bien supérieur, n’ont finalement gardé que les équipes normales un peu renforcées. Et si quelques bandes de jeunes « loubards » armés de battes de base-ball ont été repérées dans certains quartiers, « les cas de pillage ou de voie de fait ont été très sporadiques et finalement assez peu nombreux pour un désastre de cette ampleur », affirment les autorités. Le bilan aurait sans doute été plus lourd, estiment les spécialistes, si l’épicentre s’était trouvé dans la région du nord de la baie, beaucoup plus peuplée que la zone de Santa-Cruz. (AFP, Reuter, AP, UPI.)

Agrandir

L’épicentre du séisme serait situé à 80 kilomètres au sud-est de la baie de San Francisco.

Magnitude et intensité

La magnitude mesure l’énergie libérée lors d’un séisme selon une méthode de calcul imaginée il y a plus de cinquante ans par Charles Richter et Beno Gutenberg. L’« échelle de Richter » suit une progression logarithmique si bien que, par exemple, un tremblement de terre de magnitude 7 libère trente fois plus d’énergie qu’un séisme de magnitude 6.

Richter et Gutenberg avaient fondé leur méthode sur les enregistrements d’ondes sismiques par des sismographes d’un type bien défini. Avec les progrès techniques, les sismographes modernes détectent maintenant des tremblements de terre très faibles, indécelables autrefois. Si bien que l’échelle de Richter peut avoir négatives. De même on ne connaît pas la magnitude maximale possible. De toute façon, une magnitude très forte est difficile à calculer selon la méthode de Richter, et le sismologue Huro Kanamori a mis au point une autre échelle qui complète celle de Richter pour les magnitudes supérieures à 8,5.

L’intensité est tout à fait différente : elle mesure les dégâts selon l’échelle MSK 1964. Celle-ci comprend douze degrés, qui s’écrivent toujours en chiffres romains. Bien entendu, les dégâts diminuent au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la zone épicentrale.

Pour chaque tremblement de terre, il y a donc une magnitude et plusieurs intensités.

Des dizaines d’automobilistes écrasés

Suite de la première page

Agrandir

Un séisme meurtrier, mais aussi un séisme qui, plus que tout autre, avait le sens du spectacle et des symboles, une sorte de génie médiatique : frapper ce qui était, ce soir-là, par sport national interposé, le cœur des États-Unis, s’attaquer au pont qui relie, à travers l’immense baie, San Francisco à Oakland, alors que ces deux villes voisines, la huppée et la populaire, s’opposaient en un derby sans précédent.

Toute la soirée, et une bonne partie de la nuit, les networks n’ont pas censé de diffuser les images des incendies et surtout de cette portion de pont qu’on voit soudain s’effondrer sous le roues d’une voiture – une séquence filmée par hasard par des touristes, avec leur caméra vidéo. L’aéroport de San Francisco était fermé, les communications téléphoniques totalement obstruées (la compagnie ATT a enregistré un million d’appels en direction de la région de San Francisco en l’espace de cinq minutes), mais les images, elles, passaient...

Une seule personne avait été tuée sur le Bay Bridge – et le pont du Golden Gate, qui enjambe la baie entre deux pitons rocheux, était indemne, majestueux et comme indifférent dans le soleil couchant. Mais, à mesure que la nuit tombait, on commença à comprendre où s’était déroulée la véritable tragédie : sur une autoroute urbaine, faite de deux séries de voie superposées. Sur près de 2 kilomètres, la voie de dessus s’était effondrée sur celle d’en bas, écrasant des dizaines ou peut être des centaines de voitures.

Plus de deux cents morts, estimait-on au milieu de la nuit, avec des gens qui luttent, parfois avec leurs propres outils, pour essayer d’en sauver d’autres. Un petit garçon de six ans, coincé dans la partie arrière d’une voiture, et qui appelle de temps à autre, sans doute entre deux évanouissements. A l’avant, son père et sa mère sont morts, écrasés. Sa sœur, qui était à côté de lui, a pu être dégagée.

Il y a aussi, très probablement, des morts dans quelques immeubles de San-Francisco qui se sont effondrés. Mais, dans l’ensemble, les jolies constructions en bois des quartiers chics ont bien tenu – certaines avaient déjà résisté au grand séisme de 1906. Les habitants s’affairent à consolider, avec des madriers, des murs de guingois, des maisons ébranlées, froissées.

En 1906, la plupart des quelque sept cents morts avaient péri dans les incendies consécutifs au tremblement de terre, et, ici aussi, on s’inquiète de la forte odeur de gaz que les habitants sentent un peu partout.

Dans le quartier dit de la Marina, entre le Golden-Gate et la digue que connaissent tous les touristes, un grand immeuble n’en finit pas de flamber, sous le regard inlassable des caméras. Et l’on commence à recevoir les premières images de San-Jose et de Santa-Cruz, à quelques heures de voiture, où serait situé l’épicentre du séisme. Là aussi, il y a eu des destructions et des victimes, en nombre indéterminé.

À Oakland, le courant a été rétabli assez vite, mais San Francisco restait plongée dans le noir – ce qui a incité certaines bandes de pillards à se manifester, battes de base-ball à la main.

Mais pour l’essentiel, et à en croire les témoignages sans cesse relayés par les télévisions, la population – habituée aux séismes – n’a pas été prise de panique. Beaucoup de gens sont morts, mais les habitants de San Francisco, ceux du moins qu’on a vus sur les écrans des télévisions, semblaient assez fiers que leur ville ait, dans l’ensemble, plutôt bien « tenu ». Sans parler de ces spectateurs du stade Candlestick, qui, aussitôt après la secousse, se sont mis – décharge nerveuse, soulagement ? – à applaudir.

JAN KRAUZE

□ Un message de M. Mitterrand à M. Bush. – Dans un message au président George Bush, M. François Mitterrand écrit : « Je tiens à vous exprimer mes sentiments de tristesse et de solidarité à l’occasion du terrible tremblement de terre qui vient de frapper San Francisco et sa région. Je vous prie de vous faire l’interprète de mes condoléances personnelles auprès des familles des victimes du séisme ainsi que des autorités de l’Etat de Californie et des villes touchées par ce drame. »

Le Monde, 20 octobre 1989, p. 16

2 milliards de dollars de dégâts à San Francisco

Trente heures après le tremblement de terre qui a fait au moins deux cent soixante-dix morts et mille quatre cents blessés dans la région de San Francisco, trois fortes secousses ont été enregistrées jeudi 19 octobre à 12 h 15 (heure française) dans la baie de San-Francisco. Ce même jour, la ville commençait à reprendre sa physionomie habituelle, bien que la plupart des bureaux soient restés fermés dans la journée du 18 octobre : les autorités l’avaient demandé de façon que les rues restent libres pour les sauveteurs. La crainte de voir la ville – comme en 1906 – s’embraser diminuait peu à peu : les trois mille fuites de gaz étaient réparées. Les habitants du quartier central de Marina devront toutefois attendre quatre mois environ avant que l’eau et l’électricité soient rétablies. Au fil des heures, l’espoir de retrouver des survivants dans les décombres du double tablier du Bay Bridge s’amenuisait peu à peu. Les autorités américaines ont estimé qu’environ deux cent cinquante personnes sont mortes écrasées sous le poids des tonnas d’acier et de béton. Le maire de San Francisco, M. Art Agnos, a estimé à 2 milliards de dollars les dégâts provoqués par le séisme. Soixante immeubles ne se relèveront pas de la secousse et sont voués à la destruction. Le président George Bush, qui a déclaré la région de San Francisco « zone sinistrée », a débloqué 273 millions de dollars (environ 1,7 milliard de francs), afin de venir en aide aux victimes du tremblement de terre. M. Bush, qui a qualifié la catastrophe de « grave sujet d’inquiétude » pour les Etats-Unis, a précisé qu’il souhaitait inspecter personnellement l’étendue des dégâts, et devrait se rendre vendredi ou samedi sur place. – (AP, Reuter.)

La ville reprend son esprit

SAN FRANCISCO
de notre envoyé spécial

Dans un amoncellement de planches brisées, de ce qui fut un de ces jolis immeubles « victoriens » au bas de Filmore Street, dans le quartier de la Marina, on retire deux cadavres repérés depuis la veille. Il fait déjà nuit et, sous les protecteurs, seul autorisé, entre les sauveteurs et les policiers, à se poster au delà de la barrière de sécurité, Peter Jennings, le présentateur vedette de la chaîne ABC, fait son métier. Les pompiers et les policiers aussi, sans excitation, et les badauds, peu nombreux, sont disciplinés. Au-delà, tout le quartier est bouclé : parce que des immeubles ébranlée menaçant de s’écrouler, parce qu’il y a des trous dans les trottoirs, et aussi pour éviter toute bavure, tout pillage que faciliterait le fait que la plus grande partie de San Francisco reste privée de lumière

Cent mètres plus loin, dans une école secondaire qui a été transformée en refuge, une foule de volontaires donne un bal exemple d’efficacité à l’américaine. Et au carrefour, un jaune homme brandit dans la lumière des phares des tee-shirt tout frais : « J’ai survécu au grand tremblement de terre », avec, au-dessous, en plus petits caractères : « San Francisco 17 octobre 1989, 17 h 04 ». Dix dollars, une seule taille, mais plusieurs couleurs, au choix.

Ce n’est peut-être pas du meilleur goût, mais c’est vrai que la ville a survécu, ou plus exactement supporté cette épreuve avec calme, détermination et, dans bien des cas, avec un esprit de dévouement presque joyeux. Certes, les dégâts, au bout du compte, ne sont pas énormes, et s’il y a eu au moins deux cent soixante-douze morts, c’est sur une population qui atteint six millions d’habitants répartis tout autour de la baie. Le séisme, croient savoir les spécialistes, a libéré une énergie cinquante fois moins importante que celui de 1906, mais il a aussi libéré une énergie d’un autre ordre, ce qu’un immigré de Roumanie présent parmi les volontaires appelle l’« esprit de San Francisco ».

Plusieurs centaines de personnes ont trouvé abri dès la première nuit dans cette école secondaire, mais ceux qui aident semblent presque plus nombreux que ceux qui sont aidés. Lits, repas, réconfort pour ceux qui ont dû quitter leur maison endommagée ou tout simplement qui ont peur de rester seuls dans le noir, surtout s’ils sont vieux ou infirmes, sans compter les quelques clochards, certains sans abri régulier, qui profitent de l’aubaine.

Bougies interdites

Le séisme a eu lieu depuis à peine plus de vingt-quatre heures, mais tout se passe comme à l’exercice. On manque peut-être de radios pour les communications, mais рas de bras, et une dame qui est venue offrir son aide se retrouve sur le trottoir en train de garder un chat qui n’a pas été autorisé à suivre sa propriétaire hébergée dans l’école.

La ville dans sa majeure partie semble intacte et « normale », sinon que le trafic est infime, la plupart des gens écoutent les recommandations ne sont pas venus travailler le 18 octobre. Chinatown est étrangement tranquille, et partout les magasins et les restaurants sont fermés (pas de courant), les hôtels plongés dans le noir (on fournit des lampes de poche, mais les bougies sont interdites, sécurité oblige).

L’impression de « normalité », confortée par un temps magnifique et une température estivale, est parfois trompeuse. Dans le centre, certains grands immeubles derrière une façade intacte sont effondrés à l’intérieur. Et puis, comment oublier ce terrible tronçon d’autoroute urbaine, là-bas, de l’autre coté de la baie, où plus de deux cents personnes sont mortes écrasées dans des voitures réduites à une épaisseur de trente centimètres ?

Mercredi après-midi, on a cru entendre des gémissements, cru détecter un survivant. Ce n’était qu’un faux espoir. En fait, on n’a retiré aucun rescapé, ni même aucun cadavre depuis les quelques heures qui ont suivi le séisme. Le petit garçon de six ans qui, entre deux évanouissements caressait le visage de sa mère, morte sur le siège avant, au coté de son père, mort lui aussi, avait été dégagé dès le veille au prix d’une amputation.

Il y a aussi des victimes – quelques dizaines sans doute – au sud de l’agglomération, plus près de l’épicentre du séisme et encore quelques morts dans ce quartier de la Marina, durement touché parce qu’il se trouve sur des terrains de remblai moins stables. C’est là qu’une douzaine d’immeubles ont flambé, vraisemblablement à la suite de fuites de gaz ; d’autres sont en si mauvais état qu’il faudra les détruire le plus vite possible. Pour l’immeuble de Filmore Street, c’est déjà fait. A peine les deux corps avaient-ils été chargés dans une ambulance qu’une énorme pelleteuse se mettait en devoir d’aplatir les ruines dans un grand craquement de planches. Il restait un petit lit d’enfant, bleu et blanc, intact, accroché presque verticalement dans l’embrasure d’un reste de fenêtre La pelleteuse l’a écrasé avec lereste. Deux sauveteurs ont jeté sur le tas de décombres leurs gants de travail, comme pour montrer qu’ici, c’était bien fini. Et les pompiers ont arrosé le tout à la lance à incendie.

JAN KRAUZE

Le Monde, dimanche 22 – lundi 23 octobre 1989

Société

Le tremblement de terre de San Francisco aurait fait moins de victimes qu’annoncé

Pendant quarante-cinq minutes, le travail des sauveteurs s’est arrêté, vendredi 20 octobre, sur le Cypress Bridge d’Oakland, cercueil de béton et d’acier de dizaines d’automobilistes californiens pris au piège du séisme : le président George Bush venait constater sur place l’étendue des dégâts et faire part de son émotion et de ses encouragements. Bulldozers et grues s’étaient arrêtés et un silence impressionnant régnait autour du pont autoroutier, grand serpent désarticulé dont les voies supérieure et inférieure ne font plus qu’une sur plusieurs centaines de mètres, et qui ne semble tenir en certains endroits que par miracle. En blouson bleu, casque de chantier à la main, M. Bush a marché en contrebas des décombres d’où les sauveteurs tentaient encore, vendredi, d’extraire de nouveaux cadavres, se faisant expliquer qu’il restait encore une cinquantaine de voitures emprisonnées, réduites à quelques centimètres d’épaisseur de ferraille, mais que La plupart de leurs occupants avaient pu s’échapper à temps.

Les autorités californiennes avaient estimé A environ deux cent soixante-treize le nombre des morts, dont deux cent cinquante-trois tués par l’effondrement sur 1,6 kilomètre de l’autoroute 880. Elles seraient fondées sur le trafic normal à 17 h 04. Mais le match de base-ball avait incité beaucoup de banlieusards à rentrer plus tôt pour le voir à la télévision. Il semble donc que l’autoroute a été moins meurtrière qu’on le pensait : pour le moment, en tout cas, on a retrouvé cinquante-quatre corps, dont trente-trois pour la seule autoroute. A cela, s’ajoute une centaine de disparitions signalées à la police.

Washington a débloqué 273 millions de dollars d’aide d’urgence, mais les dégâts considérables enregistrés à Oakland, San Francisco et Santa-Cruz, demanderont beaucoup plus. Le gouverneur de Californie, M. George Deukmedjian, a estimé la facture totale à quelque 3 milliards de dollars, alors que certains autres élus locaux parlaient de 8 à 10 milliards. M. Bush s’est déclaré prêt à discuter du montant de l’assistance fédérale avec le Congrès où les démocrates ont proposé 2,5 milliards de dollars.

Les dégâts, en effet, semblent être plus importants qu’on le pensait tout d’abord. En outre, les répliques les plus fortes font s’écrouler des maisons ébranlées par le choc principal. Ainsi à Santa-Cruz, proche de l’épicentre, une réplique a-t-elle provoqué l’effondrement de plusieurs bâtiments dans la soirée du 19 octobre. Dans toute la Californie du Nord, les experts continuent à examiner les immeubles. Ils se sont aperçus que le nombre des bâtiments qui ont subi des dommages cachés était plus grand que prévu. Cette découverte a provoqué une révision à la hausse de l’estimation du coût des dégâts Franck McCormick, principal économiste de la Bank America Corp, a évalué les dommages à environ 10 milliards de dollars. Mais le directeur de la compagnie d’assurances Lloyd’s est plus prudent. Pour lui il est trop tôt pour chiffrer les conséquences financières de la catastrophe. – (AFP, Reuter.)

La « cousine pauvre » a mieux tenu le choc

SAN FRANCISCO
de notre envoyé spécial

Le quartier est miteux, comme une bonne partie de le ville d’Oakland, une ville noire à 66 %, cousine pauvre et méprisée de l’opulente San Francisco. Seule, une grande bâtisse rouge a été partiellement démolie, déversant des milliers de briques sur des voitures réduites en bouillie. Le quartier est miteux, mais les vieilles maisonnettes de bois ont bien résisté.

En face, San Francisco semble presque un autre monde, que le séisme a traité différemment. Le quartier de la Marina, celui qui a le plus souffert, est fait, lui aussi, de maisons en bois, pas tellement différentes de celles d’Oakland, mais parées de tous leurs ornements « victoriens » ou « art déco », soignées, entretenues Ce n’est pas le mec plusultra de San Francisco : on y trouve encore beaucoup de personnes âgées modestes qui avalant acheté leurs maisons avant que les prix ne s’envolent, mais aussi de plus en plus de « yuppies », bien engagés sur le chemin de la réussite.

Par miracle, parce que le plupart des gens n’étaient pas encore rentrée chez eux, parce que presque tous les autres ont eu le tempe de sortir et parce que les constructions an bois s’affaissent doucement, se déforment, mais hésitent à s’écrouler, il n’y a eu que très peu de victimes : cinq, pense-t-on, alors que des dizaines de bâtiments ont été pratiquement détruits.

Le tremblement de terre a d’ailleurs été étrangement sélectif : de part et d’autre de la rue, deux immeubles identiques. L’un n’a gardé qu’un semblant d’étage supérieur, descendu au rez-de-chaussée sur les débris des deux étages inférieurs complètement écrasés. L’autre n’a pas bougé.

Ici, près d’un trottoir boursouflé, une maison intacte, et là, sur un trottoir bien lisse, un homme qui dépose à la hâte des chemises, un ours en peluche, des albums de photos. Sa maison, complètement de guingois, a été classée « à démolir », et il n’est autorisé à y entrer à ses risques et périls que pour quinze minutes, le temps de prendre ce qu’il juge être l’essentiel. La scène se répète un peu partout. Certaine récupèrent des skis, d’autres des tableaux, des vases, ou même un kayak... D’autres enfin ne peuvent rien récupérer du tout – leur immeuble est totalement interdit d’accès, tandis qu’au contraire leurs voisina peuvent toujours habiter chez eux s’ils y tiennent, mais bien sûr sans eau, ni électricité, ni gaz. Il y a là des drames, grande et petits, mais aussi un regret de nature plutôt esthétique : quel dommage que le séisme ait abîmé un si joli quartier.

Les volontaires s’affairent en tous sens, toujours plus nombreux, toujours mieux organisés. Et même la « soupe populaire » offerte à Chestnut Street semble habitée par l’esprit des lieux : il y a bien une soupe, mais aussi des crevettes, du crabe et des champignons farcie, offerts par des restaurateurs contraints à rester fermés...

Un peu plus loin, comme dans la majeure partie de la ville, le courant a été rétabli. Les gens peuvent, depuis jeudi 19 octobre, allumer la télévision. Ils ont ainsi pu voir pour la première fois des images de « leur » tremblement de terre, et puis aussi, l’espace d’un instant, avoir un aperçu de cet autre séisme qui vient de secouer une région reculée de le China. Des mesures de briques ou de pisé, des paysans misérables, des sauveteurs armés de pieux pour dégager les ruines... un autre monde.

JAN KRAUZE