Navigation – Plan du site
Deuxième partie. Approches globales : pragmatique interculturelle et textologie contrastive

Analyse contrastive des textes multimédias : le cas de la nécrologie

Bernd Spillner
p. 75-90

Résumés

Cette contribution s’appuie sur les méthodes de la textologie contrastive pour analyser, en partant de la notion des Textsorten (types de texte), des avis de décès provenant de différentes langues/cultures. Cette approche permet d’intégrer dans l’analyse des aspects pragmatiques, des conventions linguistiques et culturelles et des composantes textuelles non verbales. La comparaison de ces annonces nécrologiques met ainsi en évidence des contrastes linguistiques et communicatifs, et plus particulièrement des différences de conventions sémiotiques.

Haut de page

Texte intégral

1Le présent article vise à proposer une analyse contrastive des « avis de décès » sous l’angle du verbal et du non verbal dans différentes langues/cultures. Après avoir situé le cadre méthodologique et théorique de cette recherche, qui s’ancre dans le courant de la « textologie contrastive », on précisera brièvement ce que l’on peut entendre par « textes nécrologiques » et l’on s’attardera sur le type de texte « avis de décès », en tant qu’objet d’étude de la recherche; ce faisant, on présentera un certain nombre de recherches sur les « avis de décès », dont on dégagera les finalités. Cela mènera à expliciter le choix d’une comparaison contrastive et à exposer les résultats des analyses, tant au niveau des contrastes verbaux que des contrastes non verbaux.

1. Comparaison linguistique et textuelle

2Discours, cultures, comparaisons : ces mots-clés traduisent parfaitement les objectifs et les composantes de ce que nous entendons par « textologie contrastive ». Tout d’abord, il convient d’insister sur le fait que notre notion de « texte » correspond pleinement à ce qu’il est convenu d’appeler « discours » dans le cadre de l’« analyse de discours » en France. Un texte, écrit ou parlé, est un énoncé cohérent dont on peut décrire et analyser les particularités phonétiques, prosodiques, graphiques, typographiques, syntaxiques, lexicales, stylistiques, etc. On peut aussi relever la structuration textuelle, les types de cohésion, la progression thématique, les enchaînements argumentatifs, etc. Il est possible, enfin, considérant le texte sous l’angle du processus communicatif, d’insister sur les données pragmatiques de la situation telles que les relations entre locuteur et récepteur, les intentions communicatives, le choix des arguments, les conventions culturelles, etc.

3Finalement, le niveau textuel se prête particulièrement bien aux comparaisons contrastives. Si l’on compare les systèmes phonologiques de deux langues, les réalisations phonétiques, les inventaires des structures syntaxiques, les différences entre deux systèmes graphiques, etc., on peut tout à fait aboutir à des oppositions typologiques et on peut même en déduire des conséquences pour la traductologie ou pour l’enseignement des langues étrangères. Mais seule la textologie contrastive permet d’intégrer dans la comparaison les composantes communicatives et les différences culturelles. Contraster le discours académique, les curriculums vitæ, la correspondance commerciale, les prévisions météorologiques, les faire-part de mariage, etc. provenant de deux ou même de plusieurs langues met en évidence des différences souvent inattendues d’ordre stylistique et culturel.

4Les avantages incontestables de la textologie contrastive impliquent cependant une certaine prudence méthodologique. D’abord, un texte recouvre beaucoup plus de variétés, de réalisations potentielles qu’un phonème ou qu’une structure syntaxique. Les conventions textuelles sont plus fortement soumises à des changements historiques qu’une règle de syntaxe ou de formation de mots. Et surtout, la textologie contrastive exige des méthodes très strictes de comparaison. Il est évident que l’on ne peut pas comparer n’importe quel texte d’une langue 1 à n’importe quel texte d’une langue 2. La notion de tertium comparationis, départ incontournable de toute comparaison, est essentielle pour la comparaison textuelle. En linguistique, le tertium comparationis, qui doit être indépendant des langues à comparer, peut être soit une notion sémantique, soit un but communicatif réalisable dans les deux langues.

5Quant aux méthodes de comparaison et aux types de texte appropriés, nous proposons la classification suivante :

  • 1  Pour les avantages et inconvénients des différentes approches de comparaison, voir Spillner 2005.

Tableau1. La textologie contrastive1

Méthodes

Relations textuelles

Types de texte

Stylistique comparée
Comparaison de traductions

Équivalences translationnelles

Langue courante
Discours spécialisés
Textes littéraires

Comparaison L1 – L2 d’adaptations textuelles

Paratextualité

Textes publicitaires
Documentation technique
(Modes d’emploi, manuels techniques)

Comparaison d’adaptations/de recréations littéraires

Intertextualité interlinguale

Textes littéraires

Comparaison de discours dans des situations équivalentes

Homologie communicative
Interculturalité

Textes politiques
Discours rhétoriques

Analyse contrastive de types de texte (« Textsorten »)

Conventions pragmatiques
Intentions communicatives
Différences culturelles

Types de texte en langue courante et en langues de spécialité

6Parmi les méthodes esquissées, c’est bien l’analyse contrastive de types de texte qui convient le mieux aux comparaisons visant à intégrer des aspects communicatifs et des conventions pragmatiques et à dégager des différences culturelles. Par « types de texte », nous entendons des modèles textuels (au sens de « Textsorten » en allemand) qui comportent des structures linguistiques récurrentes et suivent des conventions pragmatiques établies, souvent de façon différente dans différentes langues/cultures. Nous évitons l’emploi du terme « genre », emprunté à l’anglais, qui, comme beaucoup de termes anglophones, est vague et prête à confusion (par exemple, avec le terme « genre littéraire »).

2. Textologie contrastive de textes nécrologiques : le cas de l’avis de décès

7La nouvelle du décès d’une personne peut être transmise, selon la culture, par voie orale (en face à face ou par téléphone), par courrier électronique, par télégramme, par lettre manuscrite, etc., et, dans certains pays, également par voie d’affichage public. En ce qui concerne le mot « nécrologie », terme approximatif, il désigne un texte écrit annonçant la mort d’un être humain, mais on notera que ce terme n’a pas la même signification dans les différentes langues romanes, germaniques ou slaves. Quant au type de texte que l’on peut nommer « annonce nécrologique », « avis mortuaire », « avis de décès » (all. « Todesanzeige »), il peut être défini comme étant une annonce publiée dans un quotidien par un parent ou ami du défunt ou bien par une entreprise/institution peu de temps après la mort (généralement avant l’enterrement) pour en informer le public.

8Par ces critères, l’« avis de décès » se différencie du type de texte « faire-part de décès » (« lettre de faire-part »), du type de texte « article nécrologique » (all. « Nachruf ») publié post-mortem pour mettre en valeur les mérites du défunt, du type de texte « remerciements » publié après les obsèques et du type de texte « commémoration/anniversaire » publié, suivant les conventions religieuses, quarante jours, un an, sept ans après le décès. L’avis de décès se distingue également des dépliants distribués dans certaines régions catholiques lors de l’office des morts (texte mi-religieux, mi-commémoratif) et du soi-disant « cimetière internet » (all. « Internetfriedhof »), page élogieuse et illustrée sans actualité.

  • 2  Un inconvénient pour le recueil du corpus réside dans le fait que la rubrique « annonces » ne figu (...)
  • 3  Un seul antécédent est attesté pour l’année 1753 (voir Grümer et Helmrich 1994 : 68).

9Publié dans les quotidiens, l’avis de décès est un type de texte très fréquent et facile d’accès qui a une longue tradition2. Une notice publiée dans une encyclopédie en 1798 montre qu’il existe en Allemagne depuis plus de deux siècles3 :

  • 4  « En ce qui concerne le fait d’informer du décès les connaissances, amis ou parents géographiqueme (...)

Was die Bekanntmachung des Sterbefalles an auswärtige Bekannte, Freunde oder Verwandte betrifft, so war es vor einigen Jahren gebräuchlich, diese vermittelst gedruckter Trauerbriefe geschehen zu lassen […]. Jetzt […] geschieht solche Anzeige an Auswärtige vermittelst der Zeitungen und Intelligenzblätter. (Krünitz 1798 : 409)4

10Cette longue tradition textuelle implique des changements diachroniques qui affectent les conventions linguistiques et communicatives. En outre, l’analyse des avis de décès révèle très vite des différences textuelles selon la langue, la culture, la religion, le pays et même selon différentes régions d’un pays ou différentes variétés d’une langue.

11Si le discours sur la mort est tabouisé dans de nombreuses cultures (Schmied 1985), les avis de décès permettent cependant l’analyse de certains aspects religieux et de conventions culturelles. Par conséquent, les analyses existantes sont surtout consacrées à des aspects théologiques et sociologiques (Geischer 1971; Grümer et Helmrich 1994; Nassehi et Weber 1989; Schmied 1985). Les analyses linguistiques concernent avant tout des aspects stylistiques comme les euphémismes lexicaux pour la mort (Rudolf 1949; Piitulainen 1990), l’emploi de la voix passive (Petrov 1994), la fonction des métaphores (Bultinck 1998), les actes de parole et leurs réalisations linguistiques (Lage-Müller 1995). Quant aux analyses contrastives consacrées aux avis de décès, elles portent surtout sur la sémantique des verbes (Reiß 1977-1978), la fréquence des informations incluses dans les textes (Eckkrammer 1996), les actes de parole et les informations facultatives (Schifko 1997), ainsi que les tabous linguistiques (Spillner 2002). Mais une étude compréhensive intégrant tous les aspects sémiotiques et culturels reste à mener et pourrait porter notamment sur les aspects culturels des composantes verbales et non verbales et sur leurs relations.

12Les exemples que nous avons analysés sont tirés d’un corpus de plus de six mille avis de décès publiés dans trente-deux pays. Malgré l’étendue du corpus, l’analyse ne peut fournir des statistiques fiables car ce type de texte est soumis à des variations importantes à l’intérieur d’une même communauté linguistique (différences selon la religion, la région, le quotidien, etc.). On se contentera donc d’indiquer des tendances des conventions textuelles. Certes, il est vrai que les avis de décès sont déterminés par les traditions sociales et les modèles textuels mis à disposition dans les imprimeries et dans les agences des quotidiens, mais la rédaction d’un texte est toujours un processus individuel et rien n’empêche une réalisation textuelle non conventionnelle, voire originale.

  • 5  Le terme « multimédia » a le désavantage d’être communément et idéologiquement associé à la commun (...)

13Contrairement à beaucoup d’autres types de texte, l’avis de décès peut comporter une composante non verbale. Dans une étude portant sur des avis de décès allemands, Bertrand n’avait relevé, comme seuls éléments visuels, que la croix chrétienne ou les mains jointes pour la prière (1995 : 391). En fait, le nombre de composantes non verbales était, dès 1995, beaucoup plus important, et il n’a cessé d’augmenter depuis. Pour une grande partie des avis de décès, au moins dans certains pays, il s’agit effectivement de textes multimédias qui combinent des éléments graphiques et textuels5. Outre une approche linguistique, théologique ou sociologique, l’analyse des avis de décès exige donc une étude sémiotique des parties textuelles verbales et non verbales.

3. Comparaison contrastive d’avis de décès

14Comme on l’a indiqué supra, chaque analyse contrastive doit partir d’untertium comparationis qui doit être indépendant des langues comparées. Pour l’avis de décès, on partira de sa fonction communicative et de quelques détails pragmatiques. Il s’agit en effet d’une annonce paraissant dans un quotidien pour informer du décès récent d’une personne. Ce texte écrit, publié par un proche du défunt, inclut en général des informations sur les obsèques et, facultativement, des informations supplémentaires (date de naissance et de mort du défunt, liste de parents survivants avec relations de parenté, informations religieuses, modalités de l’enterrement, éloge, circonstances de la mort, etc.). L’analyse contrastive peut révéler des fonctions communicatives secondaires, parfois différentes d’une langue/culture à l’autre, mais le tertium comparationis esquissé est suffisant pour garantir la validité de l’analyse.

3.1. Contrastes verbaux

  • 6  « Après une longue et grave maladie, mais soudainement et de façon inattendue… » (notre traduction (...)

15Dans la partie verbale du type de texte « avis de décès », il y a évidemment des éléments qui apparaissent dans la plupart des langues/cultures : par exemple, les euphémismes pour verbaliser le fait de mourir (« s’endormir », « tré­passer », « entschlafen », « heimgehen », etc.) ou l’expression de la surprise de la part des survivants (« Nach langer schwerer Krankheit, jedoch plötzlich und unerwartet… »)6. Mais il existe aussi un bon nombre de contrastes à tous les niveaux textuels, notamment typographique et sémantique. Par exemple, dans les quotidiens nationaux en France, en Italie et dans d’autres pays, les avis de décès sont imprimés en colonnes et, sur ce point, ne se distinguent pas des textes journalistiques. Dans la plupart des pays, en revanche, la présentation typographique se fait dans des formats variés (jusqu’à une page entière) et l’avis de décès est souvent marqué par un encadrement en gras. Quant au niveau sémantique, les relations de parenté entre le défunt et les survivants sont exprimées en France par rapport aux survivants et en Allemagne par rapport au défunt :

  • 7  « Notre cher père, frère, oncle, grand-père, beau-frère » (notre traduction).

Unser lieber Vater, Bruder, Onkel, Großvater, Schwager7
…..[nom du défunt]
….., [nom du défunt]
….., son épouse
….., ses enfants
….., son frère et sa belle-sœur.

  • 8  L’actualisation de termes comme « temple », « pasteur », etc. dans les avis permet de déduire qu’i (...)

16Un contraste significatif se manifeste aussi dans l’usage d’une citation (all. « Motto » : citation littéraire, passage biblique, proverbe, sentence, poème ou réflexion philosophique individuelle). Cet élément textuel est très fréquent dans les avis de décès allemands, mais très rare dans les avis français, du moins dans les quotidiens nationaux. En France, seules les familles protestantes8 semblent inclure des citations bibliques; quant aux citations littéraires, abondantes dans les dictionnaires et les grammaires, leur usage peu fréquent dans les avis de décès montre qu’il ne s’agit pas d’une caractéristique discursive valant pour le français en général, mais d’une convention propre à certains types de texte.

17Si l’on veut expliquer ces différences, il faut recourir aux conventions du journalisme et de l’imprimerie, aux traditions documentaires de l’état civil et aux habitudes religieuses.

3.2. Contrastes non verbaux

18Les avis de décès se présentent souvent accompagnés d’éléments visuels non verbaux : ils sont à considérer en ce sens comme des textes multimédias (voir note5). Ces éléments visuels vont du simple ornement ou de la simple illustration à des composantes emblématiques qui déterminent la signification globale du texte. Si l’on veut analyser ces textes, on ne peut donc séparer les parties verbales et non verbales puisqu’elles contribuent toutes les deux à la constitution du texte et à la cohérence textuelle en raison de leur cohésion réciproque.

19Les différentes langues/cultures/pays ont recours de façon variée à l’usage d’éléments non verbaux et l’on observe des contrastes au niveau de leur fréquence et de leurs fonctions. Dans beaucoup de pays, la fréquence des avis de décès multimédias augmente depuis quelques années; une raison en est certainement le nombre grandissant des textes multimédias en général (illustrations dans la presse écrite, la télévision, la publicité, l’internet, etc.). Une autre raison est la facilité de combiner dans un texte des éléments sémiotiques hétérogènes, grâce à des logiciels de traitement de textes par ordinateur par exemple.

3.2.1. Photo du défunt

20L’inclusion d’une photo du défunt dans l’avis de décès semble être le seul fait sémiotique mentionné, au moins brièvement, dans les études portant sur ce type de texte. En effet, sur le plan culturel, la photo du défunt est un indicateur très important : dans certains pays, elle semble être tabouisée, là où dans d’autres, elle constitue un élément presque incontournable de l’avis de décès.

  • 9  Les exemples sont annexés à la fin de l’article. Pour préserver l’anonymat des personnes, les date (...)

21L’inclusion de la photo est indépendante de la langue du texte, mais déterminée par le pays ou bien par la région. Dans notre corpus, aucun exemple n’est attesté pour la France; en revanche, la photo du défunt est utilisée dans les avis de décès publiés au Luxembourg, au Canada francophone et, très fréquemment, dans les pays d’Afrique « francophone » (exemple 19). Pour l’Allemagne, des photos, très rares (sauf dans quelques quotidiens), ne sont attestées que depuis les années quatre-vingt-dix, mais elles apparaissent souvent dans des avis germanophones au Luxembourg et au Tyrol du Sud. Dans d’autres pays, comme dans les pays balkaniques, à Singapour et en Thaïlande, les photos du défunt font partie des conventions textuelles (exemple 2). Fréquentes au Portugal, elles semblent néanmoins être absentes en Espagne.

22L’hypothèse selon laquelle la photo servirait d’information pour les analphabètes (Eckkrammer 1996 : 94) peut encore valoir pour les affiches publiques, mais en aucun cas pour les quotidiens (peu en usage auprès des personnes qui ne savent pas lire!). Il faut essayer de trouver des explications sémiotiques, culturelles et sociales (différences entre cultures verbales et non verbales, rôle de l’image dans les différentes religions, contrastes entre protestantisme et catholicisme, représentation sémiotique de la mort, traditions nationales).

3.2.2. Symbolique de la séparation

23Les différents pays se distinguent considérablement quant à l’usage de symboles visuels dans les avis de décès. En France, la croix chrétienne est parfois imprimée dans quelques quotidiens régionaux, notamment en Alsace; dans les quotidiens nationaux, comme Le Figaro et Le Monde, les symboles religieux sont généralement évités. D’autres illustrations graphiques sont encore plus rares en France. Dans d’autres pays, des images symboliques sont fréquemment utilisées, même si l’on constate souvent, là aussi, des différences selon les régions : on essaie ainsi d’exprimer les caractéristiques des personnes décédées (professions, qualités, occupations culturelles dans la vie, foi ou idéologie du défunt, etc.), la séparation, la mort, l’espoir de résurrection, etc.

24Même s’il faut tenir compte des changements historiques, des « modes » dans le répertoire symbolique, on peut constater des différences culturelles considérables. En Allemagne, la mort et la séparation entre le défunt et les survivants sont avant tout traduites par des symboles floraux, par des arbres et par des fleurs (surtout des roses) : fleurs, herbes ou céréales se plient alors ou s’inclinent, ou bien la feuille se détache, tombant d’une branche. Cette dernière illustration est attestée dans le corpus par des centaines d’exemples (exemples 3 et 4). En Scandinavie, cette même idée de séparation est fréquemment illustrée par des oiseaux prenant leur envol (exemple 5), souvent sur la mer, symbole pouvant être complété par un dessin de soleil couchant. Selon la géographie, le climat et les expériences humaines, on a donc apparemment recours à des répertoires symboliques différents.

3.2.3. Emblématique de l’ascension et de la résurrection

25Il est étonnant de retrouver dans les avis de décès actuels des symboles religieux que l’on peut comparer à des emblèmes philosophiques et théologiques utilisés dans la littérature des xvie et xviiesiècles. Dans les avis de décès de plusieurs pays, on trouve le dessin d’une colombe portant une branche dans le bec. En Allemagne, il n’est pas rare de voir un avis de décès orné par le dessin d’une colombe s’envolant vers le ciel (exemple 6), similaire à l’emblème chrétien symbolisant traditionnellement l’ascension ou le Saint-Esprit. On peut aussi trouver l’image d’un papillon qui, dans l’emblématique religieuse, symbolise la métamorphose de la vie, la réincarnation, voire la résurrection des morts (exemple 7). Dans les avis de décès scandinaves, on recourt fréquemment à des dessins de fleurs de printemps, symbole du renouveau de la nature après l’hiver (exemple 8).

26Même si les auteurs des avis de décès ne sont pas nécessairement conscients des valeurs emblématiques et des connotations symboliques, les différents répertoires sémiotiques reflètent des représentations culturelles différentes (par exemple, connotation sociale de la feuille tombante, idée chrétienne de la colombe, allusion à la métamorphose empruntée aux sciences naturelles), et les avis de décès sont, de ce point de vue, porteurs de contrastes culturels.

3.2.4. Éléments publicitaires

27Comme on l’a mentionné supra, l’avis de décès peut remplir plusieurs fonctions communicatives : informer du décès, faire l’éloge du défunt, exprimer la réputation sociale de la personne décédée, faire part d’une conviction religieuse ou idéologique, symboliser une catégorie métaphysique, etc. La comparaison culturelle met en évidence une fonction complémentaire. En Amérique du Sud, les avis de décès parus à la demande des institutions contiennent souvent les noms et logos des entreprises ou des institutions concernées : c’est donc un aspect publicitaire qui s’ajoute à l’annonce du décès (exemple 9). Cet usage textuel serait un écart par rapport aux conventions textuelles et culturelles en Europe, bien que, depuis quelques années, on puisse constater, dans quelques pays européens, l’intégration, de façon discrète, de logos d’entreprises dans ce type de texte.

28Malgré quelques tendances à une globalisation textuelle, les avis de décès font partie des types de texte culturellement marqués et sont, par conséquent, un miroir des conventions verbales et des différences culturelles. Si la partie verbale des avis de décès se rattache plutôt à des traditions textuelles peu variables, la partie non verbale semble être soumise à des « modes » sémiotiques. Et c’est surtout la spécificité des avis de décès d’être des textes multimédias variables selon les langues/cultures qui mérite d’être analysée comme trait culturel pertinent. De ce point de vue, les avis de décès pourraient être exploités avec profit dans les cours de civilisation dans l’enseignement des langues étrangères, montrant par exemple les différences entre un pays de tradition laïque et un pays de culture publique chrétienne.

Haut de page

Annexe

Exemple 1

Exemple 1

La Presse (Montréal)
22/10/1998, D7

Exemple 2

Exemple 2

Novi List (Rijeka)
05/11/1999, 55

Exemple 3

Exemple 3

Westdeutsche Allgemeine Zeitung (WAZ)
31/10/2000, 101/59

Exemple 4

Exemple 4

Westdeutsche Allgemeine Zeitung (WAZ)
06/03/1998, 101/12

Exemple 5

Exemple 5

Dagens Nyheter (Stockholm)
04/02/2001, B11/B12

Exemple 6

Exemple 6

Westdeutsche Allgemeine Zeitung (WAZ)
22/09/1998, 101/34

Exemple 7

Exemple 7

Westdeutsche Allgemeine Zeitung (WAZ)
31/10/2000, 101/59

Exemple 8

Exemple 8

Dagens Nyheter (Stockholm)
30/03/1999, 101/62

Haut de page

Notes

El Comercio (Quito)
13/06/1999, D

1  Pour les avantages et inconvénients des différentes approches de comparaison, voir Spillner 2005.

2  Un inconvénient pour le recueil du corpus réside dans le fait que la rubrique « annonces » ne figure généralement pas dans les journaux accessibles sur l’internet.

3  Un seul antécédent est attesté pour l’année 1753 (voir Grümer et Helmrich 1994 : 68).

4  « En ce qui concerne le fait d’informer du décès les connaissances, amis ou parents géographiquement éloignés, il était d’usage il y a quelques années d’y procéder par l’intermédiaire d’annonces de décès imprimées […]. Maintenant […] une telle annonce se fait dans les journaux et les périodiques » (notre traduction).

5  Le terme « multimédia » a le désavantage d’être communément et idéologiquement associé à la communication médiatisée par ordinateur, alors que tout support, quel qu’il soit, peut être considéré comme multimédia dès lors qu’il combine des données sémiotiques hétérogènes.

6  « Après une longue et grave maladie, mais soudainement et de façon inattendue… » (notre traduction).

7  « Notre cher père, frère, oncle, grand-père, beau-frère » (notre traduction).

8  L’actualisation de termes comme « temple », « pasteur », etc. dans les avis permet de déduire qu’il s’agit de familles protestantes.

9  Les exemples sont annexés à la fin de l’article. Pour préserver l’anonymat des personnes, les dates, prénoms, noms et photos ont été partiellement gommés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Exemple 1
Légende La Presse (Montréal)22/10/1998, D7
URL http://cediscor.revues.org/docannexe/image/639/img-1.png
Fichier image/png, 950k
Titre Exemple 2
Légende Novi List (Rijeka)05/11/1999, 55
URL http://cediscor.revues.org/docannexe/image/639/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Exemple 3
Légende Westdeutsche Allgemeine Zeitung (WAZ)31/10/2000, 101/59
URL http://cediscor.revues.org/docannexe/image/639/img-3.png
Fichier image/png, 255k
Titre Exemple 4
Légende Westdeutsche Allgemeine Zeitung (WAZ)06/03/1998, 101/12
URL http://cediscor.revues.org/docannexe/image/639/img-4.png
Fichier image/png, 445k
Titre Exemple 5
Légende Dagens Nyheter (Stockholm)04/02/2001, B11/B12
URL http://cediscor.revues.org/docannexe/image/639/img-5.png
Fichier image/png, 292k
Titre Exemple 6
Légende Westdeutsche Allgemeine Zeitung (WAZ)22/09/1998, 101/34
URL http://cediscor.revues.org/docannexe/image/639/img-6.png
Fichier image/png, 238k
Titre Exemple 7
Légende Westdeutsche Allgemeine Zeitung (WAZ)31/10/2000, 101/59
URL http://cediscor.revues.org/docannexe/image/639/img-7.png
Fichier image/png, 111k
Titre Exemple 8
Légende Dagens Nyheter (Stockholm)30/03/1999, 101/62
URL http://cediscor.revues.org/docannexe/image/639/img-8.png
Fichier image/png, 338k
Titre Exemple 9
URL http://cediscor.revues.org/docannexe/image/639/img-9.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Les Carnets du Cediscor, 9, 2006, PSN, p. 75-90.

Référence électronique

Bernd Spillner, « Analyse contrastive des textes multimédias : le cas de la nécrologie », Les Carnets du Cediscor [En ligne], 9 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2008, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://cediscor.revues.org/639

Haut de page

Auteur

Bernd Spillner

Bernd Spillner est professeur en philologie romane et en linguistique générale et appliquée à l’université Duisburg-Essen et directeur du Centre de Recherche et de Documentation sur le Québec. Ses recherches portent sur la linguistique et la textologie contrastive, l’analyse d’erreurs, la rhétorique, la stylistique, la linguistique textuelle et la communication interculturelle de spécialité.

Haut de page

Droits d’auteur

Les carnets du Cediscor

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Les cahiers de Revues.org