Navigation – Plan du site
Troisième partie. Histoire, mémoire, légende

De Gravelotte à Bir Hakeim. Le feuilleté mémoriel des noms de bataille

From Gravelotte to Bir Hakeim: battle names as layered memory
Marie-Anne Paveau
p. 137-150

Résumés

Le polémonyme (nom de bataille) est un signifiant important dans l’histoire et la mémoire des groupes car il fixe un certain nombre de valeurs sémantiques associées au lieu ou à l’événement, de manière plurielle et relative aux positions réelles ou imaginaires occupées par les producteurs du discours. Ce type de nom pose avec acuité à la linguistique, non seulement la question du sens du Np, mais aussi celle de la subjectivité dans la construction du sens, liée à celle des cadres prédiscursifs de la mise en discours. Envisagé comme un « désignateur souple » dans le cadre d’une approche sémantico-cognitive du Np, le polémonyme active ses multiples valeurs en discours et constitue un nom de mémoire à fort potentiel prédiscursif dans différentes configurations : inscrit sur un drapeau régimentaire (Laghouat, Montefiascone), en emploi discursif libre (Bir Hakeim) ou intégré à un figement (Ça tombe comme à Gravelotte), il déborde largement sa stricte référentialité en offrant une disponibilité sémantique intégrant les idéologies et les affects.

From Gravelotte to Bir Hakeim: battle names as layered memory

The polemonym (battle name) is an important signifier in the history and memory of groups because it determines a number of semantic values associated with the place or the event, in a multifaceted way, in relation with the real or imaginary positions occupied by the discourse originators. This type of name keenly raises for linguistics, not only the issue of the meaning of Proper Names, but also that of the role of subjectivity in the construction of meaning – an issue that is, in turn, linked to that of the predicative background of the putting into words of discourse production. Viewed as a variable indicator within a semantic-cognitive approach to the Proper Name, the polemonym activates its multiple values in discourse and is a memory-ridden name with a strong prediscursive potential in various configurations : on a regiment’s standard (Leghouat, Montefiascone), in unbound discourse situations (Bir Hakeim) or incorporated in a fixed phrase (Ça tombe comme à Gravelotte), it extends far beyond its referentiality as it provides semantic availability for the incorporation of ideologies and affects.

Haut de page

Texte intégral

J’ai souvent pensé pendant la guerre, et même après, à l’un de mes camarades mort en forêt de la Warndt. Dunkerque, Bir Hakeim… oui, mais qui se souvient encore de cette forêt-là? (Pierre Daninos, Le pyjama).

Deauville, Trouville, Cabourg, oui. Mais, non, « Stalingrad-sur-Mer » n’est pas en Basse-Normandie (Télérama n° 2909 oct. 2006, courrier des lecteurs)… Le Havre est en Haute-Normandie (Télérama n° 2911, idem).

  • 1 Signifié est employé ici de manière analogique, désignant un ensemble de valeurs sémantiques associ (...)

1Si le nom propre a un sens, et même des sens qui vont dans tous les sens de la mémoire, de la culture, de l’idéologie, de l’émotion et de l’histoire, cela implique évidemment que l’on se penche sur son signifié. C’est ce que ­veulent souligner les deux citations en exergue, dont l’esprit repose sur une sorte de confusion ou superposition entre le signifié et le référent de Warndt et Stalingrad1.

2Les exemples proposés ici ne constituent pas un corpus construit, mais plutôt un corpus-collection ou un corpus-sondage, mon but n’étant pas de rendre compte du fonctionnement d’un élément langagier dans un ensemble discursif donné : le nom propre n’est pas l’objet premier de ce travail, mais constitue un des observatoires privilégiés pour la saisie de la dimension cognitive du discours. Dans la perspective d’une analyse du discours renouvelée par la cognition sociale (Paveau 2006, 2007), le nom propre est en effet, comme « nom de mémoire », un puissant organisateur cognitif sur le plan de la catégorisation comme de la mise en discours.

3J’ai donc choisi mes énoncés dans différents types de discours, en essayant de sortir des chemins battus et donc normatifs ou normativisants du discours de la presse dite de qualité, qui constitue actuellement un des corpus dominants en analyse du discours : on rencontrera ainsi discours ordinaires, chansons, discussions de forumistes, annonces immobilières et… drapeaux régimentaires.

4Après un rappel succinct du cadre théorique et méthodologique de mon travail, j’examinerai le fonctionnement du « polémonyme » (nom du nom de bataille que je risque ici) dans la mémoire groupale à travers trois exemples, une liste de noms sur un drapeau régimentaire et deux noms particuliers, Bir Hakeim et Gravelotte.

1. Le sémantisme souple du nom propre

5J’emploie le terme souple comme antonyme de rigide dans désignateur rigide, en référence et de préférence à flasque, utilisé en épistémologie et en philosophie des sciences où désignateur flasque est l’antonyme de désignateur rigide. L’hypothèse de la signifiance du nom propre en ferait alors un « désignateur souple » (pour une description détaillée du sémantisme souple du nom ­propre, voir Paveau 2008).

1.1. Les approches « poly-» du nom propre

6Je ne ferai pas ici le rappel historique des théories qui font une place au sens du nom propre, que le lecteur trouvera abondamment exposées dans l’avant-propos et les articles précédents. Je préciserai simplement que P. Siblot (1987) constitue le point de départ de l’installation de cette approche en sciences du langage, plus anciennement fixée en anthropologie et en littérature (si l’on excepte la mention rapide par M. Bréal 2005 [1897] de la grande « quantité d’idées » portée par le nom propre, et le développement bref que C. Kerbrat-Orecchioni consacre au phénomène dans son ouvrage sur la connotation en 1977).

7L’idée du sémantisme du nom propre provient en effet en partie de l’anthropo­logie (Lévi-Strauss 1962, Isaacs 1975, Zonabend 1977, Molino (éd.) 1982), de la littérature (l’extraordinaire théorie profane de Proust dans Le côté de Guermantes en particulier, bien décrite par Barthes 1972 [1967]), mais aussi des discours ordinaires et mondains constituant une linguistique profane ou folk linguistics (par exemple Daninos 1972 ou Schifres 1998).

8Actuellement, on peut dire grossièrement que deux paradigmes co­existent dans les approches du nom propre comme désignateur souple : le premier, plutôt dominant, en tout cas institutionnellement et éditorialement, se penche sur les sens dérivés (métonymie, antonomase) en proposant un traitement syntactico-sémantique, courant bien représenté par Leroy (dir.) (2005); le second, plus éparpillé et plus artisanal, dont ce numéro témoigne assez bien, qui se concentre sur la « signifiance » ou « omnisignifiance » du nom propre non modifié (G. Cislaru), sa « polysignifiance » ou « polyvalence discursive » (M. Lecolle), son « hybridation », son « épaisseur sémantique », son « feuilleté mémoriel », etc., tous termes aussi variés qu’instables pour nommer ce phénomène encore très peu intégré dans la boîte à outils ordinaire du linguiste, le sens du nom propre. Comme on peut le voir chez certains auteurs du présent numéro, les traitements de la question sont toujours ­mixtes : sémantico-discursif pour G. Cislaru (2004, 2005) ou M. Lecolle (2003, 2006), discursivo-communicationnel pour A. Krieg-Planque (2006b), cognitivo-discursive dans mon propre travail (Paveau 2006, 2008).

9Dans cette perspective, j’ai choisi de travailler sur les polémonymes, qui présentent entre autres l’intérêt particulier de poser frontalement à la catégorie du nom propre la question de la subjectivité, à la fois sur le plan idéologique (défaite ou victoire, tout dépend dans quel camp on se trouve) et épistémique (tel nom propre opaque pour moi sera transparent ou légèrement évocateur pour toi et vice versa).

10Avant d’entrer dans l’examen proprement dit de mes exemples, je présente quelques échantillons des théories linguistiques profanes qui font depuis longtemps une place centrale aux approches sémantiques du nom propre et qui fournissent un appui pour une approche cognitivo-discursive du nom propre.

1.2. Le sens du nom propre dans les théories profanes

11Les théorisations spontanées de la langue ont construit des catégories interprétatives qui privilégient le sens des noms propres (pour l’occasion j’étends le polémonyme au « bagnonyme », puisqu’un exemple porte sur Biribi). J’en donne ici quatre exemples.

12Dans un ouvrage sur les classes dominantes, l’historien É. Mension-Rigau rapporte une anecdote bien connue du milieu aristocratique français, qui concerne le pseudonyme de Francis de Croisset, beau-père de Marie-Laure de Noailles :

Exemple 1

À quelqu’un qui lui demandait comment il avait choisi son nom, il aurait répondu qu’il était sur une route, qu’il avait traversé Croisset et que… voilà! L’interlocuteur lui aurait répondu avec un humour caustique:

– Quel dommage, quelques kilomètres plus loin vous traversiez Montmorency… (1994: 220)

13Au-delà de la légèreté mondaine de l’histoire, on a là un bon ­exemple de ce que j’appelle nom de mémoire (Paveau 2006), i.e. un nom porteur de valeurs groupales et historiques, valeurs ici spécifiquement « classantes » puisque les Montmorency font partie d’une sorte de noblesse de la noblesse. Le classement s’effectue dans les deux sens puisque l’anecdote dévalorise de facto le nom de Croisset. Second échantillon, un extrait de la théorie profane de Proust :

Exemple 2

À l’âge où les Noms, nous offrant l’image de l’inconnaissable que nous avons versé en eux, dans le même moment où ils désignent aussi pour nous un lieu réel, nous forcent par là à identifier l’un à l’autre, au point que nous partons chercher dans une cité une âme qu’elle ne peut contenir mais que nous n’avons plus le pouvoir d’expulser de son nom, ce n’est pas seulement aux villes et aux fleuves qu’ils donnent une individualité, comme le font les peintures allégoriques, ce n’est pas seulement l’univers physique qu’ils diaprent de différences, qu’ils peuplent de merveilleux, c’est aussi l’univers social […]. (1954 [1920]: 11)

14Le « Nom » est ici doté d’un contenu sémantique imaginaire : une âme, une individualité, des différences et du merveilleux, autant de notions qui dessinent une définition du sens du nom propre, dans un passage sur les noms des villes italiennes. Le nom de mémoire constitue alors un réservoir ­d’images spécifiques (ce que disent les mots âme, individualité et différences) qui forment un pseudo-signifié. Il peut également définir une catégorie, comme celle, typiquement française, de la « défaite glorieuse », bien représentée dans Le nouveau dictionnaire des idées reçues d’A. Schifres :

Exemple 3

Bir Hakeim: Défaite particulièrement victorieuse, dans la tradition d’Alésia (voir ce mot)

Alésia: Défaite particulièrement réussie, comme Bir Hakeim (qui se soucie de la victoire de Gergovie?)

Gergovie: Tout le monde smoque, c’est une victoire

Diên Biên Phu: Nous sommes menacés d’un Diên Biên Phu diplomatique (voir Munich)

(1998: 52)

15Le nom de mémoire est ici caractérisé par son sens paradoxal (tel que peut le formaliser la théorie de M. Carel par exemple), mais entre dans une catégorie présente dans l’univers mental des Français. Il est ici porteur de valeurs cognitives, encyclopédiques et historiques, l’ensemble s’arrimant aux cadres de la mémoire nationale mais aussi groupale (communauté des ­combattants). Dernier échantillon de théorie profane, une réflexion de P. Daninos sur Biribi, célèbre bagne militaire dont le nom a longtemps fonctionné comme le meilleur exemplaire de sa catégorie :

Exemple 4

J’appartenais à une famille où le seul fait d’être réformé n’était pas vu d’un bon œil. Quand on disait d’une jeune mariée: Elle a épousé un réformé! c’était avec des mines réprobatrices et je crus longtemps que la réforme rendait inapte aux devoirs conjugaux. Dès qu’une discussion éclatait à propos de mon frère aîné: Le service militaire ça le dressera!… – retentissait et, si les choses s’envenimaient, on parlait de Conseil de Guerre, de falot, de Biribi… […] Quand on a sucé le lait amer des arrêts de forteresse additionné des cailloux de Biribi, il en reste toujours quelque chose. (1972: 93)

16Dans cet extrait le nom de Biribi est intégré à une série illocutoire, les trois unités conseil de guerre, falot et Biribi constituant des actes de langage (qualification négative et menace).

1.3. Une approche cognitivo-discursive: le nom de mémoire

17Dans La connotation, C. Kerbrat-Orecchioni décrivait ainsi l’enrichissement connotatif du nom propre au fil d’un texte :

Car chaque fois qu’apparaît dans un texte un nom propre, son contenu se trouve enrichi de tout ce qui a été antérieurement dit de l’actant qu’il désigne. Les informations se cumulent, s’accumulent, font boule de neige, et le noyau connotatif, ce noyau qui n’a cessé de s’enfler au cours de la diachronie textuelle, ne se stabilise enfin qu’avec le dernier mot du texte. (1977 : 180)

18En discours, ce cumul de sens peut se décrire en terme de lignées discursives qui transportent des informations constituant des prédiscours (Paveau 2006) – cadres de savoir, croyance et pratique qui fournissent des instructions pour la production des discours. Le nom propre est à mon sens un des éléments fonctionnels les plus puissants des lignées discursives; c’est un activateur de prédiscours qui permet ce « feuilleté mémoriel » typique de sa capacité de sédimentation des sens. C’est pourquoi j’en propose un traitement faisant intervenir à la fois le discursif et le cognitif, à partir de la notion de mémoire cognitivo-discursive, issue d’un retravail de la notion de mémoire discursive (Courtine 1981) et interdiscursive (Moirand 2004a et b). La dimension cognitive est centrale dans cette problématique car ces noms de mémoire sont des lieux d’élaboration du sens et de la connaissance. Cette élaboration est dynamique, ne se réduisant pas à un simple empilement ou emmagasinage d’informations, et résulte de trois opérations :

  1. la catégorisation (construction de la catégorie « défaite glorieuse » par exemple);

  2. la distribution, au sens cognitif du terme, i.e. la propagation des sens via des agents psychiques humains et non humains, dans les autres discours et l’environnement extérieur du sujet;

  3. la construction d’un « sens social » du nom, nécessaire aux individus et aux groupes (le sens social est une notion de sociologie cognitive proposée par B. Conein, mais également utilisée aussi par S. Moirand dans ses travaux sur les événements médiatiques).

  • 2 Biribi, discipline militaire est le titre d’un célèbre roman de Georges Darien paru en 1890. Il con (...)
  • 3 On s’interroge généralement peu en linguistique comme en analyse du discours sur les cadres cogniti (...)

19Cette perspective qui fait une place à la cognition, et donc à la source de l’élaboration de la connaissance, oblige, sauf à pratiquer une linguistique de l’univocité et de l’objectivisme anhistorique, à prendre en compte les ­groupes de sujets concernés par la distribution des prédiscours (Biribi, qui parle aux militaires et aux anarchistes2, ne dit strictement rien à mes étudiants de lettres modernes) et les données historiques (Cao Bang ou Les Aurès, qui touchaient directement la fibre colonialiste ou anti-colonialiste des Français dans les années cinquante et soixante et ultérieures, peuvent ne désigner, cinquante ans plus tard, que de simples lieux, au Vietnam et en Algérie). Cela veut dire également que, pour traiter cette question des sens du nom propre, l’on doit prendre en compte la mémoire et la culture du chercheur, ce qui entraîne une réflexion épistémologique minimale sur les objets que choisit le linguiste, en général plutôt cultivé et informé en histoire et en géographie3. Il y a en effet des degrés d’opacité selon les communautés de mémoire concernées (Tchernobyl est peut-être moins opaque que Saint-Thierry ou Pichon qui sont des batailles de la Grande Guerre), phénomène peu contesté mais jamais véritablement intégré aux travaux sur le nom propre. Comme le dit P. Daninos en exergue, qui se souvient de la forêt de la Warndt? Cette question comporte une dimension cognitive explicite.

20C’est dans cette perspective que j’essaie maintenant d’analyser le fonctionnement du nom propre en tenant compte des subjectivités individuelles et collectives qui contraignent fortement les processus mémoriels.

2. Le polémonyme dans la mémoire groupale

21J’examine ici le fonctionnement sémantique des noms de bataille inscrits sur les drapeaux régimentaires et les polémonymes particuliers Bir Hakeim et Gravelotte.

2.1. Un lieu de la mémoire groupale: le drapeau régimentaire

22Les noms des batailles auxquelles les corps de l’armée française ont participé, et qui leur ont valu parfois une décoration, sont brodés sur leurs drapeaux (chaque unité possède un drapeau de cérémonie qui le suit dans tous ses déplacements) : on parle d’« inscription au drapeau ». Celui du 1er régiment de tirailleurs d’Épinal porte par exemple sur la bande blanche de son revers les noms de batailles :

Exemple 5

Drapeau du 1er régiment de tirailleurs (Épinal)

Laghouat 1852

Sébastopol 1854-1855

Turbigo 1859

San-Lorenzo 1863

Campagne d’Extrême-Orient 1884-1885

Tchad 1900

Maroc 1907-1913-1918

Somme-Aisne 1916

Verdun 1916

Saint-Thierry 1918

Pichon 1943

Vosges 1944

Indochine 1947-1954

AFN 1952-1962

Garigliano (1944)

Montefiascone (1944)

Toulon (1944)

Vosges (1944)

L’Ill (1945)

23Cette liste de polémonymes pose la question spécifique des normes sémantiques des noms propres, i.e. de l’élaboration du sens et de sa distribution dans des groupes définis par une intersubjectivité partagée. Il ne s’agit en effet pas ici de décrire des évocations diffuses et confuses qui se développeraient de manière poétique, mais de saisir l’activation de la compétence mémorielle de sujets situés : Laghouat qui m’est parfaitement familier pour des raisons d’appartenance groupale n’amène peut-être aucune élucidation chez un sujet pris dans d’autres liens sociaux; San-Lorenzo et Montefiascone, qui sont opaques pour moi, sont peut-être parlants pour certains lecteurs et clairement élucidés par certains militaires des régiments concernés ou des historiens, etc.

24Le nom propre pose donc directement la question de la subjectivité et de l’intersubjectivité des locuteurs, question qui ouvre d’ailleurs sur celle plus générale de l’intuition (du locuteur natif), autre boîte noire de l’épistémologie des sciences du langage. L’hypothèse du sémantisme souple du nom propre interroge donc non seulement la sémantique lexicale et discursive, mais aussi les sciences du langage comme discipline mettant en son centre le sujet du discours et de la science; ce n’est pas le moindre de ses intérêts.

25Revenons aux polémonymes. Comment décrire le fonctionnement de ces noms quand ils sont opaques? Doit-on vraiment supposer qu’il existe des noms propres qui, sémantiquement et référentiellement parlant, ne serviraient à rien? Si l’on prend en compte la dimension cognitive, on peut dire que, même opaques, ces noms de mémoire sont toujours transmis dans la mémoire collective puisque les drapeaux circulent et affichent leurs polémonymes dans toutes les cérémonies ou sur tous les théâtres d’opérations. Les noms propres fonctionnent alors comme des appels aux prédiscours mémoriels et constituent des amorces du sens, entendues ou non, élucidées ou pas, offertes à la compétence cognitivo-mémorielle de sujets toujours situés. Les noms propres sont alors les agents d’une cognition distribuée : ils servent de relais à la distribution de l’information dans les groupes sociaux, dont ils organisent également les cadres. Le polémonyme fonctionne dans cette perspective comme une sorte de « badge », selon l’expression d’Isaacs à propos des patronymes, i.e. l’une des composantes fondamentales de l’identité de groupe, l’un des constituants du « discours autobiographique » d’un groupe, un biographème collectif qui circule dans une communauté groupale et/ou nationale.

2.2. Bir Hakeim ou la valse des catégories

26Bir Hakeim est l’un de ces biographèmes qui structure la mémoire des armées françaises : il s’agit de la défaite française en Libye des Français libres contre les Allemands et les Italiens en mai 1942, qui entre cependant dans la catégorie « défaite glorieuse » à cause de son lien avec El Alamein (Bir Hakeim a retardé les forces de l’Axe et de ce fait permis la victoire des Anglais à El Alamein). Bir Hakeim, comme de nombreux noms d’événement (voir ici même les articles d’A. Krieg-planque et de M. Veniard), sédimente les catégories référentielles et les valeurs sémantiques associées. Dans l’exemple 6, un récit de la bataille trouvé sur un site web, les occurrences (numérotées et marquées en italique) peuvent se caractériser de différentes manières selon l’identification du référent et des valeurs associées (les propositions figurent à la suite du texte) :

Exemple 6

Bir Hakeim – <www.france-libre.net>

Le 27mai 1942, Rommel, commandant l’Afrikakorps (qui a débarqué en Libye en février1941) lance ses troupes contre la position fortifiée de Bir Hakeim [1], tenue par une brigade comptant précisément 3723 hommes […]. Du côté français, les pertes humaines n’ont pu être chiffrées avec une précision absolue, mais on s’accorde généralement sur le bilan présenté par Pierre Messmer, qui était capitaine de la Légion à Bir Hakeim [2] et qui s’est penché sur la question: plus de 170 tués, 130 blessés, à quoi il faut ajouter 763 « disparus», capturés par les Allemands lors de l’évacuation de la position ou morts quelques jours plus tard dans le naufrage du navire italien Nino Bixio, coulé par un sous-marin britannique alors qu’il transportait en Italie 143prisonniers français de Bir Hakeim [3].

[…] La question de savoir si Bir Hakeim [4] est ou non une victoire est sans objet devant cette évidence: ce fait d’armes a redonné espoir au camp allié, alors en difficulté sur tous les fronts. […] En Libye même, les Anglais sont bousculés par les troupes ennemies: au moment même où il assiège Bir Hakeim [5], Rommel oblige la 8e armée britannique à retraiter vers l’Est; le 21juin, il s’emparera de Tobrouk. Dans cet océan de mauvaises nouvelles, quelques milliers de Français libres prouvent à l’opinion alliée que rien n’est joué. En immobilisant Rommel pendant 15 jours devant Bir Hakeim [6], ils permettront en effet au commandement anglais de faire venir des troupes fraîches d’autres théâtres d’opérations: ce sont ces forces qui arrêteront à El Alamein les hommes de Rommel, épuisés par la résistance des Français libres de Bir Hakeim [7].

Ce fait d’armes est salué par l’ensemble des puissances alliées et il produit une forte impression en France occupée. Hitler lui-même reconnaît la valeur de la nouvelle armée française. […] En France même, l’image d’invincibilité des forces allemandes se fissure; Bir Hakeim [8] redonne courage à une population accablée par les exigences grandissantes de l’occupant (Hitler exige que la France fournisse 150.000 ouvriers de la métallurgie pour aller contribuer, sur place, à l’effort de guerre allemand).

C’est donc à juste titre que Bir Hakeim [9] est passée à la postérité comme l’une des pages les plus glorieuses de l’épopée militaire française. […]

  1. toponyme seul : [1], [6]

  2. polémonyme : [3], [4]

  3. toponyme et polémonyme : [2]

  4. polémonyme avec réduction à la seule position militaire [5]

  5. polémonyme « à la française » (tradition de la défaite glorieuse) : [8], [9]

  6. emploi synthétique où les catégories semblent coexister : [7].

27Ces propositions sont toutes discutables puisqu’elles sont marquées par ma propre subjectivité (l’identification de [7] m’est difficile), que la lecture-­interprétation de Bir Hakeim ne peut se faire que de façon située, relative aux cadres prédiscursifs subjectifs et intersubjectifs des locuteurs et lecteurs, et enfin que le sens du nom propre, constitué de valeurs associées, n’est pas descriptible en termes de traits sémiques. On peut cependant souligner que les neuf occurrences varient, ne recouvrant pas les mêmes données référentielles et sémantiques. Cela explique que le polémonyme, comme le nom propre en général d’ailleurs, soit un élément privilégié pour le mot d’esprit ou le jeu de mots, comme le montre bien ce trait attribué à Malraux :

Exemple 7

<www.perso-orange.fr/geostrategies2000> (résumé d’une intervention de P.Messmer)

Devant un auditoire très nombreux et passionné, où l’on remarquait notamment Alain Richard, Ancien Ministre de la Défense et de nombreuses personnalités civiles et militaires, il a démontré pourquoi et comment Bir Hakeim [10] avait été le signe de la renaissance d’une France écrasée et humiliée deux ans avant. […]

Pour conclure son passionnant exposé, Pierre Messmer choisit une citation de Malraux: « Bir Hakeim [11] ne fut pas Austerlitz, mais a montré au monde que la France n’était pas morte».

28Les emplois [10] et [11] installent Bir Hakeim dans la catégorie « défaite glorieuse », l’emploi [11], particulièrement savoureux, jouant avec la malléabilité culturelle et mémorielle des sens du polémonyme.

29L’exemple d’une discussion sur un forum, qui porte à l’origine sur le film Indigènes sorti en 2006, met l’accent sur l’appartenance de Bir Hakeim à la catégorie « défaite glorieuse » dans les discours ordinaires :

Exemple 8

Forum de discussion <www.cœur-a-gauche.forumactif.com> (graphie d’origine conservée)

a. Auteur: Savinien, Sympathisant Réformateurs Belges, Age: 23, Localisation: Bruxelles (Belgique) pays de cocagne, Sujet: Indigène, Lun 29 Mai, 22 :19

------------------------------------------------------------------------------

J’admets qu’il y a eu la terrible déroute de 1940 mais ça n’efface pas les succès remportés par les forces de la résistance (intérieure et extérieure)

Narvik, victoire bien éphémère, les Alpes pareil. Bir Hakeim, oui un fait d’arme n’est pas une guerre gagnée. […]

b. Baboune, Sympathisant UMP, Sujet: Indigène, Lun 29 Mai, 23 :05

------------------------------------------------------------------------

Savinien a écrit:

Narvik, victoire bien éphémère, les Alpes pareil. Bir Hakeim, oui un fait d’arme n’est pas une guerre gagnée.

-> Bir hakeim a quand même permis aux anglais de sauver leur armée même si il y a eu la prise de Tobrouk.

c. Savinien, Sujet: Indigène Lun 29 Mai - 23 :47

------------------------------------------------------------------------

Baboune a écrit:

Bir hakeim a quand même permis aux anglais de sauver leur armée même si il y a eu la prise de Tobrouk.

-> Je ne remets pas en doute la bravoure des soldats français ni le fait d’arme de Bir Hakeim

30L’exemple de Bir Hakeim montre que, plus les valeurs sémantiques associées sont riches et variables, plus l’appel aux prédiscours est fort, l’interprétation mémorielle étant mobilisée par le biais des lignées discursives.

31Passons au troisième exemple, Gravelotte, qui a la particularité d’être intégré dans un figement.

2.3. Gravelotte ou la victoire d’un figement

  • 4 Un exemple : « Maison 7 pièces Axe autoroutier, Gravelotte, Maison de village se ­composant d’une g (...)

32Gravelotte-Saint Privat est une petite commune française située à une dizaine de kilomètres au sud de Metz, où s’est déroulée une bataille importante de la guerre franco-prussienne le 18 août 1870, opposant les deux figures de Bazaine et Von Moltke. C’est une défaite pour la France qui cède sous des bombardements prussiens importants. Les Français vont officiellement appeler cette bataille Saint-Privat et les Prussiens Gravelotte. Les historiens retiennent en général la double appellation, mais la langue française choisit la dénomination de l’ennemi pour forger l’expression figée tomber comme à Gravelotte (Louis 1995) ou ça tombe comme à Gravelotte (Rey et Chantreau 1993), avec des variantes du type ça pleut comme à Gravelotte ou des réductions du type Comme à Gravelotte. Je n’ai pas trouvéd’emploi libre de Gravelotte comme polémonyme, les seuls emplois libres rencontrés étant assez clairement toponymiques4. Les extraits suivants qui fournissent des emplois de la forme figée et de ses variantes montrent en effet que la mémoire de l’événement en tant que tel est absente des valeurs associées :

Exemple 9

Occurrences de Gravelotte dans un figement

a. Chanson d’amour de Jacques Goudeaux (<http://perso.orange.fr/jacques.goudeaux>)

Comme à Gravelotte.

Ça tombait comme à Gravelotte

– Tonnerre de Zeus et compagnie –

De larges gouttes qui mouillaient

Que ça m’en fichait la tremblote,

Sur la plage enfin dégarnie,

D’un bon allant, je vadrouillais

(août1990 / Dépôt légal SACEM 2002).

b. Blog: <www.formule1.blogs.liberation.fr>

« Siou’plait m’dames, messieurs! | Accueil | Le cas Schumi» - 05 avr. 2006

Gravelotte

Eh bien ça tombe comme à Gravelotte au niveau des commentaires! Je vais essayer de mettre un peu d’ordre dans tout ça et vous donner mon avis sur quelques-unes de vos interrogations.

c. L’Humanité 04/10/1993: « Les licenciements pleuvent comme à Gravelotte»

Alors que l’on comptait quelque 3.215.800 chômeurs à la fin août et un taux de chômage de l’ordre de 11,7%, malgré tous les discours d’Édouard Balladur sur l’emploi, une nouvelle vague de licenciements frappe de grandes entreprises.

d. <http://fr.mobile.yahoo.net/ringtones/>

VOTRE CHOIX: Les SMS tombent comme à gravelotte

Vérifiez tout d’abord que votre téléphone mobile est compatible WAP, et que vous avez bien activé cette option auprès de votre opérateur, pour télécharger une sonnerie polyphonique, une sonnerie Hifi, une image, un logo ou un jeu.

e. L’Humanité 16/08/06: « Ils ont osé le faire. Des billets de 500euros comme à Gravelotte»

Depuis le mois d’avril, les autorités enquêtent sur une multiplication des billets de 500euros. Pas de relation avec un des miracles du Christ. Le phénomène en nette augmentation a franchi ces derniers temps un record historique[…].

f. <www.politis.fr>

Pour son premier numéro de rentrée (et pour bien marquer la continuité de sa politique éditoriale, sans doute), Libération gratifie ses lecteurs d’un tout nouveau sondage. En attendant tous ceux qui, dans cette année préélectorale, ne manqueront pas de nous tomber dessus comme à Gravelotte, et dont la fonction première est moins de nous éclairer que de donner matière à reprises et commentaires sur la preuve! (Bernard Langlois).

g. Nancy-Texas (site sur le bridge) <www.bcnj.fr>

Barrage sur la Beresina

[…] Je tire ensuite l’As de Coeur et joue Pique pour le 10 pris du Roi par Nord, qui retourne Carreau… coupé et surcoupé une dernière fois. Sud n’a plus que le Valet de Pique second et le mort termine. J’ai une pensée émue pour mon grand-père supportant stoïquement les retentissants Comme à Gravelotte! dont ma grand-mère, farouche bridgeuse, ponctuait chaque levée de chute, lors des rituels bridges du jeudi soir, dans la salle à manger Henri II.

33Le figement permet la fixation du sens de la locution tomber ou pleuvoir comme à Gravelotte, élaboré à partir des valeurs associées au nom (liées à la violence du bombardement prussien, l’un des premiers déluges d’artillerie de l’histoire de la guerre), sans pour autant conserver la mémoire de l’événement. J’ai décrit ce phénomène à propos de la construction [C’est + toponyme], du type C’est la Bérézina, C’est Waterloo, qui active le sémantisme souple du nom propre à la fois à cause de la construction prédicative et du figement lui-même qui permet l’économie de l’identification du référent premier (Paveau 2006 : 170-171). Nul besoin en effet de connaître l’histoire de la bataille de Saint-Privat pour comprendre que, quand ça tombe comme à Gravelotte, ça tombe dur…

34Les analyses précédentes permettent de souligner trois traits apparemment paradoxaux qui décrivent le nom propre comme un contributeur discursivo-cognitif à la construction des discours :

  1. une articulation entre souplesse sémantique (Bir Hakeim) et figement lexical (Gravelotte) : certaines contraintes lexico-syntaxiques activent le sémantisme souple du feuilleté mémoriel;

  2. une articulation entre opacité sémantico-référentielle (Montefiascone) et transmission mémorielle groupale ou nationale (distribution sociale des sens);

35une articulation entre mémoire historique objectivisante et mémoire collective subjectivisante, bien illustrée par le syntagme qui est à l’origine de mon intérêt pour le polémonyme. Au moment de la commémoration de la fin de la guerre d’Indochine en mai 2004, au milieu des multiples discours produits en France comme au Vietnam, le syntagme la victoire de Diên Biên Phu m’a semblé très étrange, presque contre-intuitif. Il me paraissait désaccordé aux cadres prédiscursifs d’une mémoire collective qui, en France, et tout particulièrement dans les milieux militaires et combattants, a placé le nom du petit village aux sept collines dans la catégorie des défaites non plus glorieuses mais tragiques des armées françaises. La question de la subjectivité s’y révélait de manière spectaculaire, et elle me semble constituer l’une des problématiques essentielles du nom propre en discours.

Haut de page

Notes

1 Signifié est employé ici de manière analogique, désignant un ensemble de valeurs sémantiques associées qui seront définies plus bas.

2 Biribi, discipline militaire est le titre d’un célèbre roman de Georges Darien paru en 1890. Il contient la « Complainte de Biribi » écrite par Aristide Bruant, et qui a fortement contribué à l’épaississement sémantique du nom (telle qu’elle se manifeste dans l’exemple 4) : « À Biribi c’est en Afrique / Où que l’pus fort / Est obligé d’poser sa chique / Et d’fair’le mort / À Biribi c’est là qu’on marche / Faut pas flancher / À Biribi c’est là qu’on crève / De soif et d’faim / On pleure encor’ quand on roupille / À Biribi… » (Darien 1994 [1890] : 177).

3 On s’interroge généralement peu en linguistique comme en analyse du discours sur les cadres cognitifs du chercheur, l’homogénéité culturelle étant un implicite peu questionné, comme le montre par exemple la nature des corpus écrits en analyse du discours (presse cultivée, littérature, discours institutionnel). Les choses évoluent avec le traitement des corpus oraux et ceux constitués sur l’Internet. Mais la variation culturelle (au sens qualitatif du terme : cultivé vs inculte) est la plupart du temps exclue de la réflexion épistémologique, alors que les cadres du chercheur informent très largement les procé­dures de recherche et les résultats obtenus.

4 Un exemple : « Maison 7 pièces Axe autoroutier, Gravelotte, Maison de village se ­composant d’une grande cuisine avec cheminée à l’âtre, poutre apparente, un salon séjour carrelé accès terrasse, trois chambres, salle d’eau et salle de bains, une grande chambre de 60 m2 environ, un garage, cave, terrain clos et arboré. À voir » (<www.seloger.com>, rubrique Achat maison /villa, octobre 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Les Carnets du Cediscor, 11, 2004, PSN, p. 137-150.

Référence électronique

Marie-Anne Paveau, « De Gravelotte à Bir Hakeim. Le feuilleté mémoriel des noms de bataille », Les Carnets du Cediscor [En ligne], 11 |  2009, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://cediscor.revues.org/813

Haut de page

Auteur

Marie-Anne Paveau

Marie-Anne Paveau est professeure de linguistique française à l’université Paris 13 et membre du CENEL (Centre d’Étude des Nouveaux Espaces Littéraires). Elle a publié des travaux sur les formes du discours institutionnel et normatif et développe actuellement une approche du discours qui intègre les acquis de la cognition sociale et propose un renouvellement du contexte (corps, artefacts, environnement non humain). Ses recherches portent également sur l’histoire et l’épistémologie de la linguistique, en particulier sur la validité scientifique des théories profanes et l’intégration de la dimension éthique à la théorie du langage.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page