Navigation – Plan du site

Consignes rédactionnelles

Florimond Rakotonoelina

1. Comprendre le processus d’édition des Carnets du Cediscor

Cette fiche récapitulative s’adresse à la fois aux coordinateurs de numéro des Carnets du Cediscor et aux auteurs.

  • Pour les coordinateurs, les fichiers numériques seront à remettre aux Presses Sorbonne Nouvelle en même temps que les versions papier du manuscrit.

  • Pour les auteurs, les fichiers seront à remettre aux coordinateurs du numéro ou au directeur de la publication.

1.1. Un fichier texte unique pour des sorties multiples

Les fichiers doivent être impérativement au format texte (pas de fichier Word ni de fichier OpenOffice ni de fichier .rtf ni d’autres formats). C’est à partir de ce fichier texte que d’autres versions seront produites (automatiquement ou non) :

  • génération automatique d’une version imprimée destinée à la lecture du manuscrit par la commission des Presses Sorbonne Nouvelle

  • génération automatique d’une version PDF

  • génération automatique d’une version HTML (version web sur cediscor.revues.org)

  • génération d’une version pour le traitement PAO (version imprimée)

La génération de ces versions (ou d’autres) ne nécessite pas ou peu de travail supplémentaire : tout est dans le fichier texte original que vous créerez. Cela permet d’accélérer grandement la parution des Carnets après l’aval de la commission des Presses Sorbonne Nouvelle et de disposer de fichiers pérennes (un document à un format propriétaire tel que Word ne l’est pas ; un format libre – .txt ou .html – est pérenne).

1.2. Différence entre un fichier de traitement de texte et un fichier texte

Un fichier texte n’a évidemment pas d’en-tête, de pied de page ni de marges gauche, droite, haute et basse ! Un fichier texte n’a pas de saut de page, c’est un texte en continu ! Un fichier texte n’inclut pas non plus de nom de police ni de taille de police ! Un fichier texte n’a pas d’interligne ni de renfoncement d’alinéa ! Un fichier texte ne fait pas apparaître du gras ou de l’italique, etc. Un fichier texte, c’est exclusivement du texte (un contenu) totalement dissocié d’une forme avec simplement des retours d’alinéa. Un fichier texte ne comporte donc pas de feuilles de styles.

2. Remise et format des fichiers

2.1. Caractéristiques du fichier texte

Format du fichier : « texte brut » produit par un éditeur de texte (ne pas confondre éditeur de texte et traitement de texte : l’éditeur produit seulement du texte, le traitement de texte le met en forme tout en le produisant)

Extension du fichier : .txt

Encodage des caractères (à vérifier et à changer dans les préférences de l’application) : UTF8

Vous pouvez convertir vos fichiers Word (extension .doc ou .docx) au format texte (extension .txt) avec la commande Enregistrer sous > Texte brut. Ne pas oublier dans la fenêtre des options qui s’affiche d’indiquer l’encodage de caractères en UTF8.

Merci de vérifier la conformité de votre fichier texte en l’ouvrant dans un éditeur de texte (et non dans un traitement de texte).

Un fichier texte est toujours « propre » et n’a pas besoin d’être « nettoyé » contrairement à un fichier de traitement de texte.

2.2. Contenu du fichier texte

– 30 000 signes espaces compris (bibliographie non comprise)

– une bibliographie ne comprenant que les références effectivement citées dans le corps de l’article

– une traduction du titre de l’article en anglais

– un résumé de 200 mots maximum en français

– un résumé de 200 mots maximum en anglais

– 6 mots-clés (ou expressions) en français

– 6 mots-clés (ou expressions) en anglais

– une présentation personnelle (rattachement institutionnel, nom du groupe de recherche en toutes lettres, thématiques de recherche, etc.) de 80 mots maximum

2.3. Fichiers annexes

Pour la préparation des schémas, graphiques, figures, photos, etc. si votre article en contient :

  • soit des fichiers dits graphiques (tiff, png, jpg) en haute résolution (minimum 300 ppp)

  • soit un fichier pdf vectoriel (format graphique spécifique)

Pour la préparation de l’index des notions :

  • soit les notions stabilotées dans une sortie imprimée de votre article

  • soit les notions surlignées avec votre logiciel de lecture pdf (après avoir converti votre fichier texte en pdf)

2.4. Polices de caractères Unicode

Pour les polices non latines dans les exemples (japonais, grec, arabe, alphabet phonétique international, etc.), vous devez impérativement utiliser des polices Unicode. Aucune police propriétaire ne doit être utilisée. Les polices Unicode (UTF8) s’affichent correctement indifféremment sur tous les systèmes et sur tous les navigateurs web.

Pour en savoir plus sur les polices Unicode : http://fr.wikipedia.org/wiki/Unicode

3. Consignes de rédaction

Ces consignes s’appuient en grande partie sur le fascicule publié par les Presses Sorbonne Nouvelle, Publier aux Presses Sorbonne Nouvelle, mode d’emploi.

Ces conseils aux auteurs sont disponibles ici : http://psn.univ-paris3.fr/conseils-aux-auteurs

Les règles typographiques en vigueur sont celles du français (ponctuation, gestion des espaces insécables, majuscules, guillemets français, tirets d’incise, etc.). Ces codes sont disponibles dans le Lexique des règles typographiques en usage à l’imprimerie nationale et également, de manière basique, dans les conseils aux auteurs mentionnés ci-dessus.

3.1. Rappel typographique

Ponctuation simple (point, virgule) : pas d’espace avant, une espace après

Ponctuation double (point-virgule, deux-points, point d’interrogation, point d’exclamation) : une espace insécable avant, une espace après.

Appels de notes : précédé d’une espace insécable (voir aussi section 4 « Stylage des documents de type texte »

3.2. Titres

Titres, sous-titres, etc. seront composés en minuscules avec une majuscule en premier caractère :

  • Numéroter les titres pour la lisibilité : 1. ; 1.1. ; 1.2. ; etc.

  • Insérer quelques lignes d’introduction entre tout titre de niveau supérieur (par exemple 1.) et un titre de niveau inférieur (par exemple 1.1.)

Ne pas numéroter les introductions ni les conclusions (l’emplacement et l’écriture doivent permettre de comprendre qu’il s’agit d’une introduction ou d’une conclusion).

3.3. Citations en langue étrangère

Dans le corps du texte : traduction du passage de l’ouvrage ou de l’article suivie de la mention entre parenthèses « traduction de l’auteur » suivie d’un appel de note

Dans la note : citation d’origine en langue étrangère (respecter les règles typographiques d’origine)

3.4. Exemples

Tous les exemples doivent respecter l’orthotypographie d’origine et devront être numérotés en continu de la manière suivante :

[1] Voici mon premier exemple.
[2] Voici mon deuxième exemple.
[3] Voici mon troisième exemple.

Dans le corps du texte, se référer au numéro des exemples de la manière suivante :

« […] comme on le voit dans l’exemple 3, […] »
« En [6], l’adjectif qualificatif […] »

3.5. Exemples en langue étrangère

Dans le corps du texte : insérer l’exemple en langue étrangère suivi d’un appel de note

Dans la note : proposer une traduction soit de l’exemple en entier, s’il n’est pas trop long, soit des énoncés principaux visés par la description suivie de la mention entre parenthèses « notre traduction »

3.6. Emploi des noms propres

L’orthographe des noms propres ou des termes scientifiques doit être uniforme d’un bout à l’autre de l’article, de même que la présentation des abréviations, symboles et chiffres.

Les références aux auteurs dans le corps du texte se feront de la manière suivante :

  • « Selon Adam (1992 : 14) […] »

  • « […] ces concepts sont développés par deux auteurs (Adam 1992, Bronckart 1996). »

  • pour un même auteur une même année, faire suivre les années de a, b, c, etc. (par exemple : Adam 2000a : 46 ; Adam 2000b : 78, etc.)

3.7. Références bibliographiques

Pour faciliter la présentation typographique de la bibliographie et simplifier à l’extrême le travail de mise en forme, tous les éléments de la bibliographie sont séparés par des virgules SAUF les pages pour les articles précédés d’un deux-points. Pour les prénoms, on gardera l’initiale uniquement.

Il convient de respecter la typographie d’origine des références (typographie française pour une référence française ; typographie anglaise pour une référence anglaise, typographie espagnole pour une référence espagnole, etc.).

Quelques exemples :

Howard, R.G., 2005, Toward a Theory of the World Wide Web Vernacular: The Case for Pet Cloning, Journal of Folklore Research 42, 3: 323–360.

Petit, G., 1995, La désignation de « timbre poste », Les Carnets du Cediscor 3, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle : 27–42, http://cediscor.revues.org/475, consulté le 19/01/13.

Arquembourg, J., 2003, Le temps des événements médiatiques, Bruxelles, De Boeck.

Krazem, M., 2001, Le rôle métalinguistique du point d’interrogation dans les exemples de syntaxe, dans Colombat, B. et Savelli, M., éds, Métalangage et terminologie linguistique, Louvain, Peeters : 225–237.

Pour la référence d’une monographie :
Nom, Initiale du prénom, date, Titre, Lieu, Maison d’édition.

Pour la référence d’une thèse :
Nom, Initiale du prénom, date, Titre, thèse pour le doctorat de X, Lieu, université X.

Pour la référence d’une revue :
Nom, Initiale du prénom (éd.), date, Nom de la revue 00, « Titre du numéro », Lieu, Maison d’édition.

Pour la référence d’un ouvrage collectif :
Nom, Initiale du prénom, Nom, Initiale du prénom et Nom, Initiale du prénom (éds), date, Titre, Lieu, Maison d’édition.

Pour la référence d’un article dans une revue :
Nom, Initiale du prénom, date, Titre de l’article, Titre de la revue 00, Lieu, Maison d’édition : 00–00.

Pour la référence d’un article dans un ouvrage collectif (un seul responsable d’édition) :
Nom, Initiale du prénom, date, Titre article, dans Nom, Initiale du prénom (éd.), Titre, Lieu, Maison d’édition : 00–00.

Pour la référence d’un article dans un ouvrage collectif (plusieurs responsables d’édition) :
Nom, Initiale du prénom, date, Titre article, dans Nom, Initiale du prénom, Nom, Initiale du prénom et Nom, Initiale du prénom (éds), Titre, Lieu, Maison d’édition : 00–00.

4. Stylage des documents de type texte

4.1. Titres de niveau 1, 2 et 3

Le titre de niveau 1 correspond au titre de l’article. Le titre de niveau 2 correspond au titre d’une section. Le titre de niveau 3 correspond au titre d’une sous-section. Ne pas dépasser 3 niveaux de titre dans un article.

Titre de niveau 1 : un dièse # suivi d’une espace et du titre

# Titre de mon article

Titre de niveau 2 : deux dièses ## suivis d’une espace et du titre

## 1. Titre de ma section

Titre de niveau 3 : trois dièses : ### suivi d’une espace et du titre

### 1.1. Titre de ma sous-section

4.2. Paragraphes : paragraphe courant, citation, exemple et énumération

Paragraphe courant : double retour d’alinéa (appuyer deux fois sur la touche Retour, soit un saut de ligne entre deux paragraphes)

Ceci est mon premier paragraphe.

Ceci est mon deuxième paragraphe.

Paragraphe pour une citation : faire précéder le paragraphe du signe > suivi d’une espace

> Voici ma citation.

Paragraphe pour un exemple : faire précéder le paragraphe du signe > suivi d’une espace

> Voici mon exemple.

Paragraphe pour les énumérations à puces : faire précéder les énumérations du signe * suivi d’une espace

* Mon premier item.
* Mon deuxième item.
* Mon troisième item.

Paragraphe pour les énumérations numérotées : faire précéder les énumérations de 1., 2., 3., etc. suivi d’une espace

1. Mon premier item numéroté.
2. Mon deuxième item numéroté.
3. Mon troisième item numéroté.

4.3. Italiques et gras

Italiques : mettre l’expression en italiques entre deux astérisques * (ne pas abuser de l’italique qui diminue la lisibilité du texte)

*Cette phrase sera en italiques.*

Gras : mettre l’expression en gras entre deux doubles astérisques **(ne pas abuser du gras qui diminue la lisibilité du texte)

**Cette phrase sera en gras.**

4.4. Notes de bas de page

Appel de note de bas de page (ne pas oublier qu’entre le texte et l’appel de note il y a une espace insécable) :

[^Note1] pour l’appel de note 1
[^Note2] pour l’appel de note 2
[^Note3] pour l’appel de note 3, etc.

Texte de la note bas de page (à placer dans un paragraphe à la fin du document pour une meilleure lisibilité du fichier) :

[^Note1]: Texte de la note 1
[^Note2]: Texte de la note 2
[^Note3]: Texte de la note 3, etc.

Noter que le crochet fermant est directement suivi des deux-points (pas d’espace entre le crochet fermant et les deux-points).

4.5. Liens URL (web)

Le texte du lien est entre crochets, tandis que le lien physique lui-même est entre parenthèses :

Voici un exemple du quotidien [*le Monde*](http://www.lemonde.fr)

4.6. Tableaux et images

Pour les tableaux et les images, vous pouvez soit contacter le coordinateur du numéro soit me contacter.


  

Vous pouvez visualiser le résultat du « stylage » de votre fichier texte en le copiant et en le collant

Un conseil : centrez-vous prioritairement sur le fond de votre article (c’est là l’objectif du texte brut), puis une fois ce travail de fond effectué, vous pouvez procéder au stylage du texte.

Votre texte au format .txt ne doit pas excéder une centaine de kilo-octets !

  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Les cahiers de Revues.org